Augmention du risque d’embolie pulmonaire et de thrombose après Covid 19

article original

  1. Correspondance à : AM Fors Connolly anne-marie.fors.connolly@umu.se
  • Accepté le 22 février 2022

Abstrait

Objectif Quantifier le risque de thrombose veineuse profonde, d’embolie pulmonaire et d’hémorragie après le covid-19.

Conception Série de cas auto-contrôlés et étude de cohorte appariée.

Mise en place des registres nationaux en Suède.

Participants 1 057 174 personnes testées positives pour le SRAS-CoV-2 entre le 1er février 2020 et le 25 mai 2021 en Suède, appariées sur l’âge, le sexe et le pays de résidence à 4 076 342 participants témoins.

Principaux critères de jugement Des séries de cas auto-contrôlées et une régression de Poisson conditionnelle ont été utilisées pour déterminer le taux d’incidence et le risque relatif avec les intervalles de confiance correspondants à 95 % pour une première thrombose veineuse profonde, une embolie pulmonaire ou un événement hémorragique. Dans la série de cas auto-contrôlés, les rapports de taux d’incidence pour les premiers résultats après le covid-19 ont été déterminés à l’aide d’intervalles de temps définis et du modèle spline. Les risques relatifs pour la première fois et tous les événements ont été déterminés pendant les jours 1 à 30 après le covid-19 ou la date index en utilisant l’étude de cohorte appariée, et en ajustant les facteurs de confusion potentiels (comorbidités, cancer, chirurgie, traitement anticoagulant à long terme, antécédents de thromboembolie veineuse, ou événement hémorragique antérieur).

RésultatsPar rapport à la période témoin, les ratios de taux d’incidence ont été significativement augmentés 70 jours après le covid-19 pour la thrombose veineuse profonde, 110 jours pour l’embolie pulmonaire et 60 jours pour les saignements. En particulier, les rapports de taux d’incidence pour une première embolie pulmonaire étaient de 36,17 (intervalle de confiance à 95 % 31,55 à 41,47) pendant la première semaine après le covid-19 et de 46,40 (40,61 à 53,02) pendant la deuxième semaine. Les rapports de taux d’incidence au cours des jours 1 à 30 après le covid-19 étaient de 5,90 (5,12 à 6,80) pour la thrombose veineuse profonde, de 31,59 (27,99 à 35,63) pour l’embolie pulmonaire et de 2,48 (2,30 à 2,68) pour les saignements. De même, les risques relatifs pendant les jours 1 à 30 après le covid-19 étaient de 4,98 (4,96 à 5,01) pour la thrombose veineuse profonde, de 33,05 (32,8 à 33,3) pour l’embolie pulmonaire et de 1,88 (1,71 à 2,07) pour les saignements, après ajustement pour le effet des facteurs de confusion potentiels. Les ratios de taux étaient les plus élevés chez les patients atteints de covid-19 critique et les plus élevés lors de la première vague pandémique en Suède par rapport aux deuxième et troisième vagues. Au cours de la même période, le risque absolu chez les patients atteints de covid-19 était de 0,039 % (401 événements) de thrombose veineuse profonde, de 0,17 % (1761 événements) d’embolie pulmonaire et de 0,101 % (1002 événements) d’hémorragie.

Conclusions Les résultats de cette étude suggèrent que le covid-19 est un facteur de risque de thrombose veineuse profonde, d’embolie pulmonaire et d’hémorragie. Ces résultats pourraient impacter les recommandations sur les stratégies diagnostiques et prophylactiques contre la thromboembolie veineuse après le covid-19.

Le risque de maladie cardiaque monte en flèche après COVID – même avec un cas bénin

  • Une étude massive montre une augmentation substantielle et à long terme du risque de maladie cardiovasculaire, y compris de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral, après une infection par le SRAS-CoV-2.
  • article complet

Même un cas bénin de COVID-19 peut augmenter le risque de problèmes cardiovasculaires pendant au moins un an après le diagnostic, selon une nouvelle étude 1 . Les chercheurs ont découvert que les taux de nombreuses affections, telles que l’insuffisance cardiaque et les accidents vasculaires cérébraux, étaient considérablement plus élevés chez les personnes qui s’étaient remises du COVID-19 que chez des personnes similaires qui n’avaient pas eu la maladie.

De plus, le risque était élevé même pour ceux qui avaient moins de 65 ans et qui manquaient de facteurs de risque, comme l’obésité ou le diabète.

Risques cardiovasculaires à long terme de COVID-19

Résultats cardiovasculaires à long terme de COVID-19
Yan Xie ,Evan Xu ,Benjamin Bowe &Ziyad Al-Aly
Nature Medicine ( 2022 ) Citer cet article
article complet

123 000 accès

Résumé
Les complications cardiovasculaires de la maladie à coronavirus aiguë 2019 (COVID-19) sont bien décrites, mais les manifestations cardiovasculaires post-aiguës du COVID-19 n’ont pas encore été caractérisées de manière exhaustive. Ici, nous avons utilisé des bases de données nationales sur les soins de santé du Département américain des anciens combattants pour constituer une cohorte de 153 760 personnes atteintes de COVID-19, ainsi que deux ensembles de cohortes témoins avec 5 637 647 (témoins contemporains) et 5 859 411 (témoins historiques) personnes, pour estimer les risques et fardeaux sur 1 an d’un ensemble de résultats cardiovasculaires incidents pré-spécifiés. Nous montrons qu’au-delà des 30 premiers jours après l’infection, les personnes atteintes de COVID-19 présentent un risque accru de maladies cardiovasculaires incidentes couvrant plusieurs catégories, notamment les troubles cérébrovasculaires, les dysrythmies, les cardiopathies ischémiques et non ischémiques, la péricardite, la myocardite, insuffisance cardiaque et maladie thromboembolique. Ces risques et fardeaux étaient évidents même chez les personnes qui n’ont pas été hospitalisées pendant la phase aiguë de l’infection et ont augmenté de façon graduelle selon le milieu de soins pendant la phase aiguë (non hospitalisé, hospitalisé et admis aux soins intensifs). Nos résultats fournissent des preuves que le risque et le fardeau sur 1 an des maladies cardiovasculaires chez les survivants de la COVID-19 aiguë sont considérables. Les parcours de soins de ceux qui survivent à l’épisode aigu de COVID-19 devraient inclure une attention à la santé et aux maladies cardiovasculaires. hospitalisé et admis aux soins intensifs). Nos résultats fournissent des preuves que le risque et le fardeau sur 1 an des maladies cardiovasculaires chez les survivants de la COVID-19 aiguë sont considérables. Les parcours de soins de ceux qui survivent à l’épisode aigu de COVID-19 devraient inclure une attention à la santé et aux maladies cardiovasculaires. hospitalisé et admis aux soins intensifs). Nos résultats fournissent des preuves que le risque et le fardeau sur 1 an des maladies cardiovasculaires chez les survivants de la COVID-19 aiguë sont considérables. Les parcours de soins de ceux qui survivent à l’épisode aigu de COVID-19 devraient inclure une attention à la santé et aux maladies cardiovasculaires.

Covid long et Sport de haut niveau

Covid-19 et sport de haut niveau : peut-on prédire les formes longues ?

Un nombre croissant de publications s’interroge sur les modalités de reprise de la pratique sportive de haut niveau après infection par le SARS-CoV-2. Les enjeux concernent, certes, la préservation de la santé de ces athlètes, qui se sont longtemps entraînés pour parvenir au plus haut sommet. Mais il est également économique : ne pas priver une équipe plus de temps qu’il ne faut de l’un de ses éléments de valeur.

Plusieurs organisations sportives ont déjà rendu publiques des recommandations pour le retour au sport des pratiquants d’élite, mais il y a peu de données sur l’évolution et l’impact de cette maladie. Les études concernent souvent de petits effectifs de sportifs, présentant des symptômes bénins, d’une durée inférieure à une semaine et ne nécessitant aucune hospitalisation.

Deux questions se posent donc : quel impact la Covid-19 a-t-elle sur le retour à l’entraînement et à la compétition, et peut-on tenter de prédire les formes de Covid long ?

Pour y répondre, une étude rétrospective a été conduite chez l’ensemble des athlètes olympiques et paralympiques britanniques ayant été atteints de façon symptomatique par la Covid-19 entre février 2020 et janvier 2021.
Probabilité plus élevée de Covid long en cas de douleur thoracique
Sur environ 2 500 athlètes concernés, 147 ont été touchés par la Covid-19 (63 % d’hommes). La majeure partie se préparait pour les Jeux Olympiques. Les symptômes les plus fréquents étaient la fatigue (57 %), une toux sèche (50 %), des céphalées (46 %) et de la fièvre (40 %). Une dyspnée était présente dans 18 % des cas. Les signes digestifs étaient les moins fréquents, ne concernant que 2 % des athlètes. Plus d’un tiers (38 %) ont rapporté au moins 3 symptômes. Dans la majorité des cas (97 %), la Covid-19 était une forme légère et aucun sportif n’a été hospitalisé.

La durée médiane des symptômes a été de 10 jours, avec une différence entre hommes (9 jours) et femmes (12 jours). Les athlètes olympiques ou paralympiques ont été touchés de la même façon. Enfin, 14 % ont présenté des signes pendant plus de 28 jours, et 3 % plus de 90 jours. La médiane du temps perdu (entraînement, etc.) a été de 18 jours et 27 % n’étaient toujours pas pleinement opérationnels au bout de 28 jours.

Le seul signe associé avec une forte probabilité d’être atteint d’un Covid long était une douleur thoracique.

Selon les auteurs, on pourrait envisager d’accélérer le retour à une pleine participation sportive pour ceux qui présentent des symptômes surtout limités aux voies respiratoires supérieures. D’autres travaux, prospectifs, sont nécessaires pour confirmer ces résultats.

Dr Patrick Laure

RÉFÉRENCE
Hull JH, Wootten M et coll. : Clinical patterns, recovery time and prolonged impact of COVID-19 illness in international athletes: the UK experience. Br J Sports Med 2022; 56(1):4–11.

Budésonide à haute dose au début du COVID-19

Nous avons été encouragés par les résultats de l’essai PRINCIPE,1 qui, chez les personnes vulnérables, a montré que le budésonide inhalé conférerait une réduction relative non significative de -25 % (IC à 95 % -45 à 3) du critère d’évaluation principal composite de l’admission à l’hôpital ou du décès, le nombre nécessaire à traiter étant de 50.1Notamment, l’étude avait une puissance de 90 % pour détecter une réduction de 50 % du critère d’évaluation composite. Les chercheurs semblent avoir attribué les effets protecteurs du budésonide à son activité glucocorticoïde locale dans les poumons…

lien vers: https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)02440-5/fulltext